À la rencontre de Sionmaville

Texte : Sionmaville - Photos : David Zuber


Cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’un projet indépendant visant à mettre en avant, au travers de reportages photos, des entrepreneurs et entrepreneuses qui marquent le paysage sédunois. Afin de clôturer l'année 2019 et cette série de portraits, nous avons souhaité vous présenter Sionmaville et ses fondatrices, Carmen et Carole.


Sionmaville ce n'est pas simplement nous. C'est vous et nous depuis 2015. C’est une communauté qui grandit, qui se rencontre et qui aime cette ville (ou qui l’a ajoutée à sa bucketlist). Ce sont des milliers de photos partagées avec un seul hashtag, des événements, des découvertes, des lancement de produits mais aussi deux soeurs, Carmen et Carole Grange, que nous allons vous présenter dans ce portrait.


Carmen a 25 ans, Carole 27. L’une a effectué des études en communication visuelle et photographie et en innovation et développement de produits/services. L’autre a poursuivi un cursus universitaire en psychologie, en sciences sociales et politiques et en droits de l’enfant.  Des parcours à la fois différents et complémentaires, mais qui se croisent et se combinent au fil du temps à travers une seule et unique plateforme : Sionmaville. 


Cette communauté qu'elles ont créée à partir d'une simple page Instagram, s'est révélée être un moteur dans leurs parcours respectifs et aujourd'hui encore dans leurs carrières. Pour les deux soeurs "tout est parti de Sionmaville”.


Mais la question que tout le monde se pose, c’est celle du commencement de Sionmaville.


Carmen découvre Instagram deux ans après son lancement, en 2012. Carole y fait ses premiers pas en 2014, quelques mois avant de s’installer à Paris pour ses études. Pour l'anecdote, Carole a longtemps été allergique aux réseaux sociaux. Toutes les deux passionnées par la photo, les jeunes femmes photographient régulièrement leur ville et partagent ensuite leurs clichés sur leurs comptes personnels (@500kmtoparis & @carmen.grange). 


Un soir de décembre 2015, Carole publie un paysage d’hiver sédunois sur sa page personnelle, photo aussitôt repostée par le compte @about_swiss grâce à l’utilisation de leur hashtag. Ce qui étonne alors les deux soeurs, c’est l’absence d’une plateforme qui permette le partage et le repartage des belles images propres à leur capitale. Sur un coup de tête, au détour d’une conversation dans leur salon familial à Sion, elles décident alors de créer ensemble une page dédiée à leur ville, avec un hashtag encore inexistant : #sionmaville. Les deux soeurs, qui voyagent régulièrement et qui ont vécu sur différents continents, connaissent l’ampleur de cette plateforme. Pour le nom, elles choisissent d’opter pour @sionmaville, en référence à @paris_maville.  


« Sionmaville c’est une idée commune. Ce qui nous différencie dans ce que l’on a fait c’est que beaucoup de gens ont des idées mais peu de personnes vont au bout de leurs idées. Notre particularité c’est que quand on a des idées, on les suit. »  Carmen