À la rencontre de Simon et Isabelle, nouveaux tenanciers du Café des Châteaux à Sion

Texte : Carole Grange - Photos : David Zuber - Edition : Carmen Grange Cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’un projet indépendant visant à mettre en avant au travers de reportages photos, des entrepreneurs qui marquent le paysage sédunois.


Début 2019, du haut de leurs 27 et 26 ans, Simon Marty et Isabelle Schmidt reprenaient le Café des Châteaux avec le souhait de proposer aux sédunois(es) et gens de passage un lieu de vie unique à Sion : un café de quartier, à la fois convivial et intergénérationnel.


Cela faisait déjà 4 ans qu’ils envisageaient ensemble l’ouverture d’un établissement une fois leurs études universitaires terminées. Simon est né à Sion, la rue de Châteaux le voit grandir et naturellement il s’y sent comme à la maison. Isabelle, quant à elle, tombe sous le charme de la capitale valaisanne quand elle décide d’y poser ses valises pour effectuer ses 5 années de collège. Et c’est lors de leurs études, que chacun à son tour découvre l’univers de la restauration et du service. Progressivement, ce qui était initialement un job d’étudiant devient une

passion grandissante dans leur parcours professionnel.



En 2015, ils créent un groupe Whatsapp « projet », où ils s’échangent leurs inspirations qu’ils puisent à travers leurs différents voyages en anticipation du jour où ils se lanceront. Et c’est quatre ans jours pour jours après la création de cette conversation qu’ils ont inauguré le nouveau Café des Châteaux.

Lorsqu’en août 2018 l’opportunité de reprendre l’établissement tenu alors par le beau-frère de Simon se présente à eux, la question ne se pose pas longtemps. “Ce genre d’opportunité il n’y en a pas tous les 10 ans” nous confient-ils lors de l’interview. Isabelle est encore aux études, Simon à la Ferme-Asile mais ils parviennent à donner vie à ce projet d’envergure, entourés de leur famille, amis et même patrons.


Le défi est grand, ils veulent donner un souffle nouveau à cette institution jusqu’alors réputée notamment pour sa fondue et qui s’avère être aussi le plus vieux café de Sion. Ils sont tiraillés entre le désir de conserver l’authenticité du lieu mais souhaitent toutefois lui redonner l’énergie d’un café de quartier.



Et c’est un pari réussi, la touche de peinture blanche aux murs met en valeur le mobilier ancien et les habitués eux-mêmes se plaisent à présenter avec fierté les nouveaux lieux au voisinage. Enfin, une touche végétale vient orner les meubles de bois brut pour un rendu chaleureux qui invite à s’installer le temps d’un café, repas ou apéro. Mais attention, les jeunes tenanciers nous préviennent. Les clients se font aisément avoir : un café peut rapidement évoluer en apéro et l’apéro se poursuivre par un repas!